La dernière léproserie d’Europe

À une heure et demi d’Alicante, une trentaine de patients sont soignés entre les murs de la léproserie San Francisco de Borja.

La lèpre existe toujours en Espagne : chaque année, on compte entre 15 et 20 nouveaux cas de la maladie, dont la majorité est contractée en voyage.

Une maladie peu contagieuse

fontilles-leproserie5
Teinture mère de gentiane

Depuis l’antiquité, la lèpre est une maladie dangereuse qui engendre à la fois des souffrances physiques et un rejet social.

La lèpre (ou maladie de Hansen) est occasionnée par une bactérie découverte en 1873 par le médecin noruego Armauer Hansen. En 1941, le premier traitement efficace est découvert aux états-unis, à base de promin-sulfata. On commence à l’appliquer pour la première fois en Espagne à Fontilles à partir de 1945. A partir de 1982, la multithérapie soigne totalement cette maladie autrefois incurable. Les études scientifiques montrent que ce n’est pas une maladie très contagieuse et qu’elle affecte les personnes qui vivent dans une extrême pauvreté, avec de très mauvaises conditions d’hygiène.

Les origines du Sanatorium

L’histoire de Fontilles est surprenante, et aussi éloignée de celle que l’on peut imaginer de la vie quotidienne dans un hôpital.

Inauguré en 1909, le sanatorium a été créé sous l’initiative d’un avocat de Gandia et d’un jésuite dans le but de venir en aide aux lépreux de la région. Situé à la Vall de Laguar en région Valencienne, dans un lieu calme et ombragé, Fontilles occupe un domaine de 74 hectares, délimité par une haute muraille érigée dans les années 1920 pour apaiser la peur qu’avaient les populations voisines à l’idée de croiser un lépreux sur leur chemin. À l’époque, le seul traitement existant consistait en effet à mettre en quarantaine les malades et à soulager leurs symptômes.

L’esprit de Fontilles

Durant plusieurs années, les habitants de Fontilles (patients, personnel médical, volontaires et religieuses) ont vécu en autarcie, coupés du monde. Un esprit communautaire fort s’y est développé. En plus des bâtiments principaux tels que pavillon des malades, administration, laboratoire et pharmacie, cimetière, furent également construits une église, la résidence des religieuses, une cuisine, et même un théâtre. Très rapidement s’est formée une troupe ainsi qu’un groupe de musiciens et un orchestre. De nombreuses célébrations et fêtes y étaient organisées. Fontilles, au quotidien, était un lieu très vivant et joyeux. Les représentations théâtrales attiraient même des gens de l’extérieur, comme par exemple durant la grande fête de Maures et Chrétiens (Moros i Cristianos) organisée par la célèbre troupe d’Alcoy à Fontilles depuis les années 1960.

Aujourd’hui Fontilles possède un charme désuet, c’est un lieu très calme ou il fait bon se promener. Derrière les murs de pierre des bâtiments ou dans les allées des jardins, on imagine comment devait être la vie à Fontilles.

Un groupe de peintres amateurs saisit l'ambiance du lieu
Un groupe de peintres amateurs capture l’ambiance du lieu

Les presque 3000 personnes atteintes de la lèpre qui sont passées par Fontilles depuis 1909 y ont trouvé leur hôpital, leur maison et leur famille. Certains patients, bien que guéris, continuent d’y vivre. Les soeurs fransciscaines de l’Immaculée Conception, en plus du personnel médical, ont grandement aidé, par leur travail volontaire quotidien, à faire de ce lieu ce qu’il est aujourd’hui.  Les visiteurs peuvent librement se promener dans les jardins, ou profiter d’un moment au calme  au bord d’une fontaine, sous les eucalyptus.

Une référence internationale

Depuis 1944, Fontilles édite une revue de léprologie, qui est la seule revue spécialisée sur la maladie de Hansen en espagnol. En 1996, Fontilles rejoint la Fédération Internationale des Associations contre la Lèpre afin de coordonner ses actions à l’internationale. Aujourd’hui Fontilles s’est reconverti en maison de retraite et centre de soins pour les malades du SIDA. En 2014, les sept religieuses franciscaines de l’Immaculé Conception ont été appelées à rejoindre d’autres couvents. La fondation est très active dans la lutte contre la lèpre, notamment en Inde, où elle fait encore de nombreuses victimes. Tous les ans, Fontilles accueille de nombreux congrès et des formations de médecins.

Marjolaine

Leave a reply

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

1 comment